Union Congolaise des Femmes des Médias - Ucofem

“L’Accès à l’information : Sauver des vies, bâtir la confiance et apporter l’espoir”

Sous la houlette de l’Usaid,fhi360, Internews et Collectif 24, les professionnels des médias ont été convié lundi 28 septembre, à un café presse à Kinshasa dans la salle Sacré coeur à Gombe dans le cadre de la journée internationale d’accès à l’information.

Cette journée d’échanges était placée sous le thème ” l’Accès à l’information : Sauver des vies, bâtir la confiance et apporter l’espoir”. Plusieurs intervenants se sont succédés du haut de la tribune pour aborder les questions liées à l’accès à l’information en RDC. Notamment les experts en communication du Ministère de la Santé Publique, le responsable de l’ONG Collectif 24, les représentants d’internews pour ne citer que ceux-ci.

Tour à tour ,les intervenants ont rappelé aux journalistes l’importance de s’approprier et de s’imprégner de la Loi d’accès à l’information déjà déposée à l’Assemblée nationale. Aussi, appuyer le processus des plaidoyers pour accélérer le vote de cette loi. Les journalistes sont notamment invités à faire du bruit,pression dans leurs différentes prestations à propos de cette Loi.

Henry Longendja du Collectif 24 a estimé que cette période est propice pour permettre aux législateurs de classer et voter cette Loi d’accès à l’information. Il a invité les journalistes à comprendre leur rôle de 4 ème pouvoir et d’agir entant que tel. Pour lui, toute personne a droit à l’information sans distinction de race,rang social, statut …mais pour que cela soit respecté il faut que cette Loi soit adoptée. Il a rappelé qu’il y a aussi de restriction pour certaines informations notamment les informations de sécurité nationale,vie privée de gens, concurrence loyale, délibération…

De son côté Me Paul Nkuadjo, chargé juridique de l’Internews a appelé les professionnels des médias à plus de responsabilité tout en jouant réellement leur rôle celui d’informer, former et diffuser la bonne information. Les journalistes doivent savoir et faire savoir les informations publiques. Il les a également invités à dépasser le phénomène coupage pour aller au delà des informations et fouiner les plus difficiles. Notamment en évitant de glorifier les ministres, acteurs politiques,patrons des entreprises,mais d’informer les publiques.

Pour sa part le représentant du ministre de la Santé Publique a souligné que son ministère fourni beaucoup d’efforts pour renforcer et orienter l’accès à l’information publique. Il a vanté le mérite de la RDC qui regorge plusieurs experts en gestion des urgences sanitaires. Mais il y a plusieurs défis à relever particulièrement celui de positionnement de chaque ministère, de leurs chargés de communication qui font en sorte que la communication biaise. Pour lui si le ministère de la Santé arrivait à gérer à lui seul les épidémies le problème de carences d’information n’est sera plus d’actualité comme en a été le cas avec la Covid-19. Rappelons que les exposés ont été sanctionné par le jeu des questions réponses entre journalistes et intervenants. C’est par un cocktail que s’est clôturé ce café de presse.

Gladys EBILE