Ucofem lance le projet “Plaidoyer auprès de responsables des médias” dans les provinces

C’est dans la salle de rédaction de la Radio Mushauri dans la ville de Kindu que l’Union congolaise des femmes des médias (Ucofem) a lancé le samedi 30 Mai 2020,le projet “Plaidoyer auprès de responsables des médias du Maniema”. Simultanément, cette activité s’est tenue à Boma dans la province du Kongo central, à Tshikapa dans le Kasaï et dans la ville de Bunia en Ituri.

Ucofem/Boma

Ce projet vise à apporter le changement sur la perception du genre dans le recrutement comme dans l’attribution des responsabilités au sein de leurs rédactions.

Notre descente vise à conscientiser les responsables des médias sur le bien fondé du respect du genre. Aussi, réduire les écarts entre les hommes et les femmes dans les maisons de presse” a dit la directrice intérimaire de l’Ucofem Maniema, Alima Kinkuni Alice.

Ucofem/Maniema

La première année de l’exécution de ce projet est pleinement réservée au plaidoyer. Et c’est à la deuxième année que le suivi de celui-ci débutera avec une évaluation à mi-parcours.

Notons que l’Union Congolaise des femmes des médias lutte depuis de nombreuses années pour une meilleure intégration des femmes dans les médias et pour une plus grande expression de la femme dans les médias.

Mise en place de système d’alerte precoce sur les conflits: un focus groupe organisé à Karuba

Après la mise en place au Nord-Kivu, des groupes de système d’alerte precoce sur les conflits, un focus groupe a été organisé à Karuba ce jeudi 21 mai 2020 afin de trianguler les idées de la communauté ethnique par rapport aux conflits et analyser le niveau de compréhension de l’outil, les difficultés liées à certaines questions et proposition des modifications si possible par la communauté.
La mission a connu la participation de madame Pascaline, qui a représenté l’équipe d’Internews de Bukavu. De son côté l’Union congolaise des femmes des médias (Ucofem) de Goma a été représentée par deux membres, Godelive et Florence.
Cette activité se tient dans le cadre du projet “Appui aux réseaux des femmes pour conduire la prévention des conflits en RDC“ d’Internews avec l’appui du département du Développement international (DFID), en partenariat avec l’Ucofem. Elle vise à réduire la violence dans le Nord-Kivu et l’Ituri.
Pour la mise en place des groupes de système d’alerte precoce sur les conflits, les formateurs qui reccueilleront ces alertes, ont le mérite d’envisager des réponses urgentes et remonter à la coordination de l’Ucofem. Au total 10 groupes d’alerte rapide seront mis en place dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

 

“Les fausses informations sur le covid19 tuent plus que le virus” message de l’Ucofem Haut-Katanga

L’Union congolaise des femmes des médias du Haut-Katanga a lancé depuis quelques jours la campagne “Stop Corona Intox” pour lutter contre les fausses informations.
Ci-dessous l’intégralité de leur message :
Le covid19 est une réalité, c’est une maladie qui tue.
Mais les fausses informations sur le covid19 tuent plus que le virus lui-même. Vous recevez un message sur le covid19, avant de le partager, vérifiez la source…
Suivez la suite sur : https://youtu.be/Y3CVu4MiPeM
Notons que plusieurs campagnes sont menées dans les provinces pour lutter non seulement contre les fausses informations  mais aussi, la propagation du virus.

RDC : mise en place des groupes de système d’alerte précoce sur les conflits au Nord-Kivu et Ituri

En partenariat avec Internews et l’appui du département du Développement international (DFID), l’Union congolaise des femmes des médias de la province d’ Ituri et du Nord-Kivu ont mis en place des groupes de système d’alerte précoce sur les conflits. Cette initiative se tient dans le cadre du projet “Appui aux réseaux des femmes pour conduire la prévention des conflits en RDC“, qui contribuera à réduire la violence dans les deux provinces.

Les formateurs qui reccueilleront ces alertes, ont le mérite d’envisager des réponses urgentes et remonter à coordination de l’Ucofem. Au total 10 groupes d’alerte rapide seront mis en place dans les deux provinces.

Notons qu’ Internews est une organisation internationale à but non lucratif,qui travaille avec des citoyens et des médias locaux dans plus de 100 pays. En collaboration avec des partenaires locaux, Internews aide à fournir aux gens du monde entier des nouvelles et des informations fiables et de haute qualité dont ils ont besoin pour prendre des décisions éclairées, participer à leurs communautés et tenir le pouvoir responsable.

Le département du Développement international ((en) Department for International Development ou DfID) est un département exécutif du gouvernement britannique responsable de l’aide humanitaire et de l’aide au développement au niveau international.

«Prix Jeune Femme Journaliste»: ce qu’ont dit les lauréates

Les lauréates de l’édition 2020 du «Prix Jeune Femme Journaliste» ont délié leurs langues, quelques heures après l’annonce des résultats de ce concours organisé par l’Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM).

Vainqueure du premier prix, Rachel Ntumba Mbikayi a étalé les difficultés qui ont entouré la production de son reportage gagnant. A en croire la jeune journaliste de Mbuji-mayi, rencontrer la femme indiquée pour son papier n’était pas une partie de plaisir.

«Trouver une femme évoluant dans un domaine que la société réserve aux hommes n’était pas une mince affaire, je m’en félicite. Cette récompense est une façon de redorer l’image de la jeune femme journaliste du Kasaï oriental», a estimé Rachel Ntumba.

Liliane Kwengo Seke, deuxième lauréate

Pour sa part, Liliane Kwengo Seke, classé deuxième, a insisté sur le bien-fondé du sujet abordé dans son reportage axé sur l’environnement.

«La question du changement climatique nous concerne tous. Elle touche particulièrement la femme du fait de son impact sociale et économique», a expliqué la Bomatracienne.

Arrivée sur la troisième marche du podium, Joëlle Bofole Safina a appelé les femmes à dénoncer les violences domestiques dont elles sont victimes.

Troisième gagnante, Joëlle Bofole

Les gagnantes de la 5ème édition du «Prix Jeune Femme Journaliste», organisé par l’Union Congolaise des Femmes des Médias (UCOFEM), ont été annoncées dimanche 03 mai dans les studios de la chaine de télévision B-One, en marge de la Journée mondiale de la liberté de presse. En raison des mesures restrictives édictées pour empêcher la propagation du Coronavirus, la remise officielle des prix, constitués des ordinateurs portables et des équipements de reportage en plus d’une enveloppe, a été renvoyée pour l’après Covid-19.

La directrice exécutive de l’UCOFEM a, lors de l’annonce des résultats, salué l’engagement de toutes les jeunes femmes journalistes qui ont postulé en nombre pour cette 5ème édition:

La publication des résultats, dimanche 03 mai à B-one

«Trois lauréates certes, mais vous êtes toutes des gagnantes. Le fait simplement d’avoir concouru vous distinguent des autres. Je vous invite à vous perfectionner davantage. Le professionnalisme doit être votre leitmotiv».

C’est depuis 2016 que ce concours existe. Il est financé par Free Press Unlimited et Internews avec l’appui de l’USAID.