Lutte contre l’impunité, une affaire de tous

Dans l’objectif de couvrir le procès pénal , 17 journalistes venus de Bukavu et Goma ont reçu une formation de la part de RCN Justice et Démocratie du 30 Septembre au 4 Octobre 2019 au centre d accueille de pères pallottin de kyeshero à Goma.

Durant cinq jours, ces journalistes ont été outillés de plusieurs matières cadrant sur la couverture médiatique du procès pour crimes contre l’humanité et crime de guerre ainsi que le statut de Rome.

Deux avocats de Trial international ont outillé les journalistes sur quelques notions  de base sur les éléments des crimes de guerre et crime contre l’humanité et le contexte dans lesquelles les juges réunissent tous les éléments pour en fin conclure le degré de responsabilité de crime.

Blaise SANYILA chargé de communication de search for Common grounds dans la province du nord Kivu et de l’ituri ; un des facilitateurs a, à sa part  insister  sur le professionnalisme du journaliste dans l’enquête  et documentation sur les crimes internationaux et aussi un travail de qualité que doit réaliser un reporter sur la couverture d’un procès pénal.

Pendant cinq jours, les journalistes ont appris comment écrire un papier pénal ainsi que la relation qui existe entre la presse et  les acteurs judiciaires. Deux procès en cour seront couverts par les journalistes formes par RCN dont le procès DIKOKO à Bukavu dans le sud Kivu et NTABO TABERI CHEKA  à Goma au Nord Kivu sous la facilitation médiatique de l’Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM Nord Kivu).

 

Il sied de signaler que cette activité ou formation entre dans le cadre du projet «  Soutenir les efforts de la lutte contre l’impunitéen RDC » d’ou RCN a émis le vœu de travailler avec les journalistes formés dans la production des articles ayant trais a l’impunité.

Florence KAVIRA

Ucofem attendue au forum AfWID en Afrique du Sud le 04 novembre prochain

Anna Mayimona, Lydie Matadi et Concilie Milambo, toutes trois membres de l’Union Congolaise des femmes des médias, sont attendues en Afrique du Sud pour participer à la deuxième édition du forum « African Women In Dialogue (AfWID) qui se tiendra du 04 au 08 Novembre prochain.

 

Anna Mayimona/Photo d’illustration

 « La voix et le pouvoir des femmes en tant qu’agents du changement« , ceci est le thème de la  2 éme édition du forum AfWID. Heureuse d’être parmi celles qui vont représenter la république démocratique du Congo, Anna Mayimona, directrice exécutive de l’Ucofem, affirme que le thème choisi cette année cadre avec le travail que mène son organisation.

« Je voudrai remercier et féliciter les organisatrices pour cette grande rencontre qui aujourd’hui réunit toutes les femmes de l’Afrique. Le thème de cette année cadre bien avec le travail que mène l’Ucofem et qui depuis un certain temps lance un slogan « faire entendre sa voix pour changer sa situation » a dit Anna Mayimona.

Cette activité qui réunit les femmes de l’Afrique, est organisée par la fondation the Zanele Mbeki Development Trust (ZMDT). AfWID est ainsi, un espace d’autonomisation non hiérarchique, non patriarcal qui permet aux femmes africaines de se réunir sous un même toit et de discuter sur les questions importantes pour le développement du continent.

« L’objectif du forum est de partager, d’apprendre et créer des liens, non pas au sein d’un groupe homogène mais bien, au sein d’un groupe de solidarité qui suscitera un changement » a dit la coordinatrice de l’AfWID, Linda Vilakazi (www.sadecnews.org ).

La plateforme Africaine des femmes en dialogue AfWID est née de l’organisation de Zanele Mbeki ancienne première dame, qu’elle a dénommé, « les femmes sud-africaines en dialogue (SAWID) » ainsi, sa passion pour les droits des femmes africaines, a donné naissance à AfWID qui s’est tenue pour la première fois en Novembre 2018.

En cette année, 17 femmes de la RDC sont attendues à cette rencontre.