5 lauréats dont 2 du prix « Jeune  femme journaliste » édition 2018 et 3 autres du « prix  Tshipumpu ont été primés le 3 mai 2018, respectivement par l’Union Congolaise des femmes des médias (UCOFEM) et l’Union de la presse du Congo UNPC. La cérémonie de remise des prix a eu lieu dans la salle Brel du Centre Wallonie Bruxelles à Kinshasa/Gombe. 

Le premier prix « Jeune femme journaliste » a été décerné à Mlle Annitha Kon, 19 ans, originaire de la province de Lualaba et correspondante du site http://www.infobascongo.net, par l’Ucofem. Et le deuxième prix de cette 3 ème édition a été attribué à Mlle Isabelle Riba de la radio Mandeleo émettant au Sud-Kivu. Les deux prix comprennent une enveloppe en numéraire pour faciliter le travail des lauréates qui vont aussi bénéficier d’une formation organisée par l’Ucofem. Prenant la parole sur le coup de l’émotion, Mlle Annitha a dédié son prix à sa province qui est le Lualaba. « C’est la première fois que je reçois un prix. Je vais continuer à bosser pour qu’à l’avenir, les choses s’améliorent davantage » , a-t-elle souhaité.

Concernant le prix « Tshimpumpu », c’est Serge Kabongo, journaliste de Canal Congo Télévision et animateur de l’émission « Kiosque » qui a obtenu le premier « prix Tshimpupu : meilleur animateur de débat public», suivi de Mme Mimiche Omatuku de la RTNC pour le prix « révélation de l’année » grâce à son émission sportive et enfin, le prix du « meilleur caricaturiste a été décerné à Patou Bomenga, caricaturiste du journal « Forum des As ».

Dans son discours, la Directrice de l’Ucofem, Anna Mayimona a salué le travail abattu par les professionnels des médias. Elle a par ailleurs remercié Free Press Unlimited qui a tout fait pour que cette 3ème édition du prix jeune femme journaliste soit célébrée. « Ce prix a pour ambition de donner aux jeunes femmes journalistes de l’espoir et les accompagner  dans la profession », a-t-elle déclaré.

Pour sa part, Léon Van der Boogerd de FPU a appelé l’assistance à se réveiller car « le développement des médias va tellement vite que la presse écrite est menacée de disparition». Il souhaite intégrer les photographes pour la prochaine édition.