UCOFEM, LIFCE et CAFCO en campagne sur les droits de la femmes

C’est une campagne de trois mois qui vient d’être lancée sur les réseaux sociaux. Cette campagne sur la participation des jeunes femmes à la vie publique en RDC sera appuyée par des affiches, des interviews des femmes qui sont engagées dans la société civile ou en politique et même des spots. Les dits supports permettront aux femmes et aux jeunes filles ciblées de s’alimenter sur les questions liées à la mobilisation de l’opinion publique, à l’information et l’éducation de la jeune fille et sur leurs droits à participer dans les débats démocratiques et interagir avec elles à travers des discussions et des débats sur les médias sociaux.
L’initiative vient d’Internews en RDC et mise en œuvre par trois ongs féminines l’Union Congolaise des femmes des médias (UCOFEM), le Cadre de Concertation de la femme congolaise (CAFCO) et la ligue des femmes pour les élections (LIFCE), dans le cadre du projet « Women Voices for Peaceful Democratic
Cette campagne de communication en ligne est axée sur le thème « Participation effective de la femme congolaise à la vie Politique». Les trois structures auront donc jusqu’au 8 juin à sensibiliser, à travers des médias sociaux, les filles et les femmes congolaises sur leurs droits en les faisant participer au débat démocratique. Des messages forts seront postés sur les pages et comptes Facebook et Tweeter de UCOFEM, CAFCO et LIFCE en vue d’atteindre un public large en soutenant ainsi la visibilité de leurs actions.
Ces trois structures ont lancé officiellement la campagne le jour de la célébration de la journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars 2017, à Kinshasa vers 14h00. A l’occasion de cette cérémonie la Directrice Nationale de l’UCOFEM, Anna MAYIMONA NGEMBA a présenté le site www.voixdesfemmes-rdc.net, créée pour accompagner cette campagne
Financé par le département d’Etat Américain, le projet « Women Voices for Peaceful Democratic Dialogue » entend impliquer les trois ongs partenaires dans les processus décisionnels publics. C’est dans la même logique qu’une grande étude est menée par les trois grandes organisations de femmes est en cours et un plan d’action pour un plaidoyer pour des changements législatifs et réglementaires sur l’organisation de la vie publique et les élections ont été mis en oeuvre. Bref, il y a vraiment un plan voire une conspiration derrière tout ca.

En tant que femme, j’exerce mon droit